Une étude de parc

de jardin classique et de jardin paysager  

Parc Borely à Marseille    

                                                    Récapitulatif de l’histoire du château  Borely et du jardin

 

 Parc Borely   : parc du XIX ème siècle de 17 hectares avec un jardin à la française dans l’axe du château (XVIII ème siècle) , et un parc paysager à l’anglaise autour , avec au centre un lac d' un hectare ponctué par une cascade.

Dès le XVII ème siècle, à Marseille, les nobles marseillais cherchaient des bastides dans la campagne pour éviter les risques d’épidémie de peste.

La bastide marseillaise est à mi-chemin entre la villa rustique et la villa suburbaine, elle allie donc un domaine agricole à une résidence de maître.  

La propriété des Borely s'étend sur 44 hectares de 1778 à 1856. Bastide du XVIII ème siècle .

Louis Borely riche négociant ayant fait fortune à Alexandrie  en 1717 se fixe à  Marseille en 1755 en achetant une bastide près du bord de mer.

Le propriétaire demanda à Clérisseau , architecte , spécialiste des dessins des monuments antiques, des compositions de ruines de lui faire une étude.

Il envoya le peintre Chaix étudier en Italie, les modes de décoration.

Architecte Esprit Brun  repris par Clérisseau dont le projet exubérant ne fut pas exécuté à l’exception du fronton ( statues sur le balcon d’appui des fenêtres)

Le plan de la façade fut établi en 1767 par l’architecte Clérisseau :

Elle était surchargée de motifs égyptiens , de frises antiques fortement inspirées du goût italien, de statues érigées sur de petits balcons, et de bustes logés dans de petites niches, puis modifié par l’architecte esprit Brun, qui en épure les lignes, le rendant beaucoup plus sobre et élégant.

La décoration des plafonds fut confiée au peintre Chaix qui les orna de fresques inspirée des maîtres italiens.

La bastide fût transformée en château entre 1767 et 1778.

Le château fut achevé en 1778.

Embry ingénieur et architecte en 1775, fit un projet de jardin classique de type le Nôtre. De ce style reste les lignes symétriques du jardin avec deux axes principaux  Nord-Sud et Est-ouest, les bassins rectangulaires, les parterres géométriques.

En 1856 la ville de Marseille achète le parc et les 18 hectares nécessaires à la construction de l’hippodrome.

Il comporte un jardin à la française avec deux hectares de parterres devant la terrasse du château que précède un bassin orné d’un groupe sculpté.

Statue en marbre de Pierre PUGET

Fontaine du bassin au pied de la terrasse : percement de l’isthme de Suez représente Marseille entre Méditerranée et mer rouge.

Diane chasseresse : bronze florentin du 17ème siècle.

En 1860 , la ville de Marseille fit appel à Alphand pour créer un parc public, qui confia l’éxécution à Barillet-Deschamps.

Le parc paysager a été conçu par Barillet-Deschamps sur 15 hectares, autour d’un lac et de cascades.

Musée d’archéologie crée en 1861, 1863 jardin équipé d’un réseau d’arrosage.

Chalet crée en 1863.

En 1880, les frères Buhler dessinent le premier jardin botanique sous la direction du Docteur Edouard Marie Heckel.

En 1880 le docteur Edouard Heckel créa le jardin botanique  du parc Borely. En 1899 des serres chaudes furent édifiées. Il transforme le jardin en jardin d’acclimatation de plantes alimentaires susceptibles d’être cultivées en France ( Cassia , Frangipanier , Igname, Pyrethre, Patate d’Uruguay, Pommier de Caroline, Quinquina, Théier ... ). Le jardin joua un rôle estimable dans l’introduction et l’étude de nouvelles espèces.

En 1913 , la ville de Marseille installa le nouveau jardin botanique sur 14 000 m2. Une petite serre tropicale édifice en fer forgé (style pavillon Baltard )  datant de 1870 et provenant du Gard, a été installée en 1982, et sert de serre d’exposition depuis 1984.

La roseraie apparue en 1923 à la place du jardin botanique sur  5000 m2 avec plus de 1200 variétés.

L’arrivée des eaux de la Durance acheminée par le canal de Marseille au 19 siècle a permis d’alimenter une cascade monumentale et les bassins

Sculpture l'homme aux oiseaux de Jean Michel FOLON

Un lac d’un hectare a pu être creusé permettant l’acclimatation d’oiseaux d’eau.

L’eau sous toutes ses formes : eau courante de l’Huveaume, eau bouillonnante de la cascade qui abrite une grotte crée de toutes pièces par un rocailleur , eau dormante du lac, eau miroir des bassins avec fontaines

Le parc comprend  de nombreuses constructions, le pavillon du lac avec ses pergolas, l’éxèdre qui surplombait la cascade,  la polonaise située en bordure de la piste qui abritait les pompes hydrauliques, les tribunes.

Les végétaux sont des buis, chênes, cyprès  chauves, ginkgos, micocouliers, platanes, taxodium, tilleuls.

Le parc actuel a conservé :

 ses voies aux courbes harmonieuses unissant les trois parties du parc :

jardin paysager  à l’est

- Jardin classique à la française devant le château

- champ de course  (hippodrome) à l’ouest .

 

Taxodium distichum du Parc  Borély

Parc Longchamp

Fresque de l'histoire des jardins et du paysage    

Art architecture peinture paysage

Repères histoire du paysage

 

                           vous  pouvez  nous écrire  à  :                                             

     delphine © thierry JOUET

                            

        

  

           Accueil                                                                     Sommaire